Des silhouettes de figures en groupes multiples dans l’échange à un plus important et masse tout autour d’une lueur froide bleue comme net écho de celles distantes d’immeubles tout lointains pourtant leurs cimes seulement plaquées dans le brun dégradé environne large – un soir – à légère bouffée. Une figure seule découpe dans le geste illisible sur le fond de ciel brun parallèle à masse noire d’un bloc dense – construction – aux modulations très et étranges dessins fantomatiques à la lisière sombre et lumières d’halo flou unique comme image vrai cliché ou roman d’espionnage. Sur le toit d’un immeuble de feuilles argent et bitume en drippings parallèles tout contre grille de pics et cheminées alu comme ustensiles – cuisine – contre élévation surmontée d’une feuille de caoutchouc très noir sur laquelle matelas et homme quasi nu allongé en regard d’un écran s’appuie sur un seul coude. Une figure décolletée à la peau cuivre soleil en éclairage perpendiculaire dans le mouvement puisque inclinaison de la tête et du cou et épaules en inverse donne ainsi bras plaqués contre pour que les mains se joignent et maintiennent fermement téléphone cellulaire en madone technophile. L’interlude d’une plaque de rue en jeu humoristique à la masse d’un bâtiment ou de celle des nuages en formes modélisées occultant l’espace ciel de taches bleu sombre et grises à la figure en mauve regardant son écran ou bien celle qui s’éloigne quoique minuscules toutes deux témoignent l’insignifiance même temps qu’indifférence ou bien l’interlude de nuages en nombre dans le ciel et d’un éclat de soleil derrière ou bien l’interlude d’un arbre jaune vert éclatant dans le vert très normal d’un jardin citadin – grappe.