Une figure calée au centre, bien au centre, assise, dans un fauteuil ou chaise de bois invisible derrière le corps dans le trouble entre les bras du fauteuil et le bas du manteau, qu’elle est assise ou aussi bien debout, dans un assis debout qui donne forme monumentale à ce qui est déjà massif à épaules larges en caractère brutal, en costume et gilet, jambes croisées, mains posées sur ses cuisses et, entre ses mains, un objet qu’interprète comme fascicule, somme des plis droits de la veste en hachures et la somme des plis droits du pantalon et toute une somme de plis, certains verticaux, d’autres obliques et, plus rarement, horizontaux et le plastron ou le triangle blanc fendu et le nœud papillon qui le traverse, regard vers le sol, absorbée, l’air absorbé – son air –, crâne très allongé, d’un dessin géométrique avec implantation capillaire en une rythmique Batman, au nez de boxeur et barbe légèrement de biais avec orbites creusées – trous noirs, absence de – en un masque – pas un visage, à peine un visage –, découpe des verticales ou une scansion de verticales dans la partie haute et la vibration de l’ombre – une modulation de l’ombre – en un rendu des taches contre deux formes ovales coupées – leur signification ou ce qu’elles représentent – ou leur doublement ou leur répétition derrière le châssis de la fenêtre à la vitre invisible et le mur qui la sépare d’un autre châssis cette fois pictural – possiblement pictural – et un creux d’ombre dans lequel il se tient ou la bande oblique à gauche sans justification – son oblique de zinc – comme, à droite, la légère barre claire qui ferme la portion ombrée, sujet de l’énonciation dans le rapport existant entre une périphérie et un centre, entre un proche et un lointain et entre une lumière et une pénombre.