Une ouverture prononcée, un déchirement de, une dislocation, des morceaux, des pans rapiécés, collage mais sans avec chevauchements d’éléments aléatoires, en une coupe, semblable à granit, que cela serait comme et tout circonscrit dans un rectangle dans un rectangle, en fausse porte impénétrable, solide maximal du rectangle opacifié, verdâtre, bords repliés en arrière, restant pliés, recouvert de petites touches en écailles longues tournant autour de plus, balayant sale sophistiqué sur le brun maronnasse, petits tourbillons, agitation autour, tout autour de la souillure, dans le blanc tout autour et ses nervures, ligaments, filaments rendus visibles par la poussière des jours accumulés, texturant et irrigant la surface, délimitant les zones où viendront se mettre écailles et éclats avec quelques portions de blanc soufflé dans la couleur adoucie de verts et roses légers, gammes de bleus, de gris bleutés, déclinaisons de jaunes, échantillonnage de roses, s’ouvre en pétales de et le blanc circule entre les pans colorés que les formes vibratoires viennent encore zébrer, tests de Rorschach à la circulation erratique dans un baroque paradoxalement très centré, ajouts serpentant, émanations passant entre les vides, se solidifiant en presque volume, en saucisses volumétriques contre pans colorés, volume contre plans ou l’un pénétrant l’autre jusqu’à ce que ne reste plus que la fleur de jus colorés contre le blanc autour et la couleur unifiée en elle et ses dérives harmoniques auxquelles il faut faire face, à la limite, aux extrêmes réunis en une seule chose, à ce qui coupe en elle-même, entaille, dans la désarticulation des plans tranchants, à vif dans la couleur et de gauche à droite et de bas en haut en carmin, Colorado claro, mauve, prune, bleu électrique, bitume, azur, malachite, jaune auréolin, jais…