216. Variante : tente de retrouver, n’y arrive. 217. Une tentative en vain : s’échappe continuellement. 218. Toute une errance nocturne dans l’abrutissement propre à chaque. 219. Si je me souviens bien, j’étais assis sur le lit. 220. Qu’il ne reste qu’une impression générale. 221. Provoque une réaction tout à fait inappropriée. 222. Produire une phrase tellement artificielle que. 223. Ouvre une légère brèche sans que cela ne produise quelque chose. 224. Ne retrouve plus la tonalité exacte – ne retrouve plus. 225. Ménage des pauses, des interruptions ou ralentis à dessein pour éviter de. 226. L’ombre allongée extrême de graviers au soleil déclinant : un microcosme de minuscules billes espacées régulièrement et les lignes formées. 227. Les paysages traversés : découpe noire sur effets de ciel – nuages gris en traînées à légères touches. 228. Le courage politique : prévenir des problèmes en s’autocensurant – ou comment s’empêcher de penser. 229. L’écœurement après, dans l’inutilité de. 230. La découpe de la fenêtre se projette sur le mur – tout simplement. 231. J’avais confondu les odeurs – j’identifie maintenant. 232. Jardin, cerisier ou le retour à quelques. 233. Il ne reste plus qu’à regarder le paysage. 234. Habille les fausses pensées en prose ou la prose en fausses pensées – est une stase. 235. Gravite autour, sans atteindre réellement l’objet de – si le nécessite. 236. Forme une pensée malgré ou en fin de compte. 237. Est toujours une question de lumière. 238. Elle marche et dit fort en accentuant toutes les syllabes : « Je veux du travail. Je veux du travail » et continue de marcher. 239. Dans le froid mélangée à l’odeur et goût de. 240. D’abord une odeur de parquet ciré ou une qualité de pénombre en longues après-midi. 241. Construit toute une mécanique ou élabore des procédés pour. 242. Bientôt, il ne reste plus que l’obscurité. 243. Avec film ou chanson comme toile de fond que, dans l’attente, se produise.