275. Quand les feuilles du, des arbres, le froid dont, mais suis quiconque. 276. Quand tout est, je ne, le froid me fait, ne dois et me sert de. 277. Est là, si là, que dit pour, ne va pas, ne sais en quoi me. 278. En rien ne me plaindre, qu’avec les autres est comme nul, ne saurais, ne se peut. 279. Que ne se tourne vers autre, ni que je, ni ne veux et n’ai peur que, ni même. 280. N’est celle dont je, d’ici jusqu’à, plus ne se nourrit et tant en ai plus que de. 281. Tant est celle, qui tant est, que les plus, elle, les, de ses et écoute, elle. 282. Présente à elle et, si ce n’avait été elle, n’eut. 283. Que les branches entrelacées et le froid, mais que d’autres s’en éloignent. 284. Tout ce qui est gèle mais ne peux, ne frissonne, me couvre et me cache, me fait. 285. Est là, si la soutient, contre elle, pour qui, elle, ne vois rien de là. 286. Ne peux en rien me, d’une autre égal, serait à nul pareil, ne peux, ne se montre qui. 287. Ne veux que, jamais, je ne, à elle, ailleurs, plus qu’elle ou lui ressemble. 288. N’est pas celle dont je, d’ici, une, plus se, elle, tant que j’ai, que celle de. 289. Elle est si, celle qui, que d’elle, est raison donc qu’elle entende puisqu’elle est. 290. Devant elle se présente, si ce n’était pour elle, n’y aurait son effort. 291. Sont subtils et légers maintenant que sont fleurs, feuillage et chants d’oiseaux. 292. J’entends et pour qu’on, mots dont je n’ai, bien plus, et bien que. 293. Du plus haut jusqu’à, au prix de tant de peines, se dépouille, brûle, se consume. 294. N’est nullement pour, que je tourne ailleurs mes pensées lorsque fais semblant de. 295. Bien qu’à rebours, ma pensée là-bas quand nous, n’ai, ne suis quitte que d’une chose. 296. Alors que rameaux et feuilles et qu’on ne me fasse, s’il venait à, près de moi. 297. Mais peu, se renverse, se dépouille, se déchire. 298. N’est pas, mais, de peur, feins de, nous réjouissons de. 299. N’a de valeur qu’à l’endroit où l’on se sépare. 300. Et ne me plains, ne cherche, me sens quitte et culmine. 301. Compose puisqu’en couleur de tant de fleurs, chants et cris résonnant. 302. Entends les mots, n’ai le cœur, m’abandonne, plus contre moi. 303. Se précipite jusqu’en poussière et brûle et gèle, s’insurge. 304. Ne me tourne vers, tremble de ne, n’avons, n’aime, s’élance vers, suis rien que, au lieu où.