Est assise, robe prune vers cramoisi dans le lisse des coussins au canapé jaune, devant un miroir, qu’on lui vît la nuque et revers de l’épaule, cerne à peine de la joue dans le regard direct, lui, devant, à l’ovale parfait de visage qu’à peine un peu désaxe, dans le poids de la bascule du pendant à l’oreille gauche, au dessus du décolleté en sombre de, en nu accentué à, à l’œil, la lèvre, peut-être, donne, dissimule le renflement de en une prédilection, est tombé de, sur le canapé, peut-être comme une invite, dans une parenthèse, entre les parenthèses, l’une, l’autre, un cliquetis, où, (est vers, dans le lisse de, devant, qu’on vît le revers de, cerne à peine, dans le regard direct qu’à peine se désaxe, dans le poids ne bascule au dessus de, s’accentue, sombre en, peut-être se donne, se dissimule en une, tombe sur, peut-être comme dans une parenthèse, entre l’une ou l’autre (est dans le lisse, le revers de, le cerne de, le regard qui à peine se désaxe, ne bascule, s’accentue, sombre, se donne, se dissimule en, tombe sur (est regard qui se désaxe et bascule, s’accentue, tombe sur en une parenthèse (se désaxe, bascule, s’accentue et tombe (tombe en un renversement et un silence) sur en un renversement et un silence) qui se situe elle-même en un renversement d’un silence recouvert d’impuretés), peut-être comme une parenthèse qui s’ensuit, est ce qui ne se peut, se situe, tourne sur lui-même en un renversement, dans un silence, se recouvre d’impuretés) ou à travers s’aperçoivent, en proie à l’imagination, dans le plaisir de, que s’ensuive, est ce qui ne se peut, dans le jeu de, ici se situe, tourne sur le même en une parenthèse à des renversements, un langage en miettes, bien avant que, dans le silence pareil à, ne se cache et ne se recouvre d’impuretés et de ratures), à travers une porte s’aperçoivent les deux en proie à l’imagination du plaisir de et, devant le mur, que s’ensuive l’irrépressible désir d’être ce qui ne se peut, dans le jeu des cloisons et miroirs et, ici, se situe, par quoi tourne sur le même, en une parenthèse, une parenthèse à, aux portes de, cœur, fentes, yeux, renversements, langage en miettes, bien longtemps avant que, dans la parenthèse de celui qui ne peut plus, dans le silence incompréhensiblement pareil à, quand sort au grand jour ou se cache, se couvre d’écriture, se racornit, se froisse, se recolle, grouille d’impuretés, de ratures, de mots intrus, de collages.