Et la lumière est grise, de suie grise, de neige grise, d’un fond grisé et le noir qui devrait, manque de contraste dans le brouillard de neige, la fumée — les —, le silence de neige, le son étouffé de, l’immobilité générale, l’arrêt de et la reprise du mouvement dans la neige en oblique, les traînées, la substance neige-boueuse de gris sali aux multiples sillons, le fondu, la mélasse à toutes les ombres et silhouettes prises dans le gris argentique, le diffus blanc jusqu’au poudroiement atténuant les masses dans l’air fantôme, se répandant sur toutes les surfaces, les sucrant d’une pellicule modulée, d’un piqueté général, vibration assourdie aux parcours réticulaires contre quelques formes en vagues tremblements dans le flou des décors, la dissimulation sous, le nappage dans la lumière glacée et l’opposition nette des valeurs, jusqu’aux volutes mimant, reprenant et amplifiant le blanc permanent qu’environne jusqu’à la nuit, le silence, la neige, la neige sans trace — la neige —, la fumée, fumées noires de charbon s’élevant, se dissipant en gris sombres contre gris clair tout autour ou vapeurs s’élevant du sol en indistinct dans l’entour noyé et dissout, fumerolles éparses aux directions diverses et contradictoires, enroulements lumineux contre gris, passant devant les silhouettes inertes, turbulences doublant celle des nuages, échos de traînes grises ou mince voile d’éclaircie dans la superficie charbonnée ou léger liséré — à peine —, dans un soulèvement gris, une chute des blancs pommelés et moutonnements gazeux du gris contre gris, des déchirures grisées contre lambeaux blancs ou la percée d’un disque dans le sombre autour et tous ces objets noirs en suspension dans.