Sont toutes là, résumés figés, luttant ainsi contre le temps, contre la disparition mais provoquant pourtant la perte qu’elles sont censées éviter, effaçant l’instant, sa nature même, particulière, au moment même de son immobilisation, le faisant disparaître d’un coup, créant paradoxalement un laps, ne fonctionnant plus que comme un clin d’œil dans une histoire intime pourtant brisée, ne portant plus aucun récit, ne s’inscrivant et n’inscrivant qu’une relation ténue à la biographie, dont la somme ne peut faire sens, qui finissent par s’imposer comme vrais souvenirs, mais les effaçant eux, s’y substituant inexorablement jusqu’à ce qu’il n’y ait plus qu’un vide, vide qu’il faut non combler, mais dépasser pour essayer de retrouver ce qui était juste avant qu’elles n’adviennent, au prix d’un effort à refaire sans cesse, non pour les ancrer dans une réalité vécue, mais pour les effacer totalement de la mémoire comme leur suppression matérielle ne suffirait puisqu’elles ont pris place – la place –, de la chose elle-même, même si l’entreprise est vaine puisqu’a disparu, que le travail à faire est autre, nécessite de repartir d’elles pour créer un simulacre, un objet qui viendra la – les – remplacer, objet factice mais néanmoins plus actif, d’une densité autre, d’une compacité plus importante, entremêlant les connexions entre des temporalités différentes et a-chronologiques, créant des agencements plus complexes que la simple désignation d’une situation géographique, temporelle et légèrement affective des premières, produisant un halo, un bruit tout autour de, des bribes d’informations brouillées, des fragments stratifiés empêchant la paraphrase, ne pouvant être – contrairement aux autres – décrits, amorçant, déclenchant, faisant naître en réseaux de nouvelles associations, amenant le surgissement de périphéries devenant centre à leur tour, non condensation en acmé, non focalisation d’éléments divers en un seul qui submergerait par la création d’une nouvelle totalité, mais dérive permanente constituant sans cesse de nouveaux agencements, machine à mouvement centrifuge au contraire de l’autre éminemment centripète.