J’hésite sur la manière de me présenter et sur ma fonction. Je connais exactement la position des mots tout comme je connais leur signification. Tous mes problèmes ne sont qu’une illusion causée par le lexique que j'emploie spontanément. Mes réponses sont de plus en plus confuses. Les multiples versions que je donne apparaissent comme des aveux et, si j’affirme quelque chose, je sais, au fond de moi, que ce n’est pas vrai. Les mots se transforment mais personne n’est dupe. La forme terrifiante qu’ils prennent est, en elle-même, une accusation. J’obtiens l’autorisation de me débarrasser de presque tout mon lexique. J’apprends d'autres mots. Je les énumère tout en les écrivant. Ils échappent à toute identification. Je dois me reprendre sur la prononciation. Des phrases sont inscrites. L'une d'elle, lapidaire, est : « inutile ». J'en donne une interprétation symbolique entendue à la radio. Je ne saisis pas cette histoire. L'histoire se poursuit. Il s’agit d'évocations. Je comprends tout distinctement, mais, à la fin, il ne reste plus qu'un brouillard. Toutes les phrases apparaissent comme factices. L’on entend distinctement le bruit des mots. Je connais exactement leur position dans la phrase. Je connais la signification des phrases avant qu'elles ne soient prononcées. J’hésite juste sur l'intonation à employer. J'emploie intuitivement d'autres phrases. Elles sont de plus en plus confuses. Les multiples permutations les rendent encore plus fragiles. Les phrases affirment toutes quelque chose qui est faux. Les mêmes mots apparaissent différemment. Les phrases se débarrassent du sens. Il y a un écart entre leur graphie et leur prononciation. Il faut tout reprendre comme les formulations deviennent inutiles et ne débouchent sur aucune interprétation. Il faut essayer de ressaisir le sens. Il s’agit de voir tout distinctement, d'entendre distinctement, de saisir les différentes relations au moment où les phrases apparaissent, sans aucune hésitation et, ce, malgré la confusion, les multiples transformations, le caractère artificiel de leur apparence, les différences de sens, les écarts entre les formes qu'il faut tenter de saisir jusqu'à ce que tout soit clair et distinct, que les apparitions se succèdent dans le bon ordre, que tout devienne indifférent, que les relations entre les mots et les choses finissent par se confondre.